04-12-2018

La simulation de l’extreme

Mon travail consistait autrefois à aider à protéger les États-Unis contre une attaque nucléaire. De 2009 à 2012, j’ai été affecté à la base aérienne de Tinker, à Oklahoma City, en tant qu’officier de bord à bord du E-6B Mercury. L’avion peut servir de poste de commandement aéroporté en cas d’attaque nucléaire et les membres de son équipage peuvent relayer les ordres de lancement d’armes nucléaires. Notre mission était la dissuasion nucléaire – empêcher un État d’attaquer l’Amérique avec ses armes nucléaires par la menace implicite de sa propre capacité nucléaire. Ces jours-ci, cette mission est particulièrement pressante. Les tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord se sont accrues, en partie à cause des relations conflictuelles entre Donald Trump et Kim Jong Un, qui, dans un discours du Nouvel An, a souligné la capacité et la volonté de son pays de frapper les États-Unis. « Le bouton nucléaire est toujours sur le bureau de [son] bureau. » Quelques jours plus tard, le président Trump répondait par un tweet agressif, affirmant qu’il avait un bouton nucléaire, et que le sien était « beaucoup plus grand et plus puissant » que celui de Kim. Malgré les inquiétudes quant à la manière dont les deux dirigeants s’engagent, le président Trump approuve néanmoins la dissuasion nucléaire en tant que stratégie de maintien de la paix. Toute cette escalade a sans aucun doute affiné l’attention des équipages actuels du E-6B Mercury, dont le travail constitue le fil conducteur qui permet la dissuasion nucléaire. Mais ayant servi à leurs côtés, je sais que le travail peut sembler étrangement abstrait – comme ne rien faire. La dissuasion signifie avoir une capacité nucléaire qui empêche les autres pays de vous attaquer et cela signifie également ne pas frapper en premier. Vous vous préparez à une menace qui pourrait ne jamais arriver; à l’inverse, de l’autre côté, vous êtes cette menace. La dissonance est à parts égales absurde et terrifiante. Dans les airs ou sur le sol, nous étions toujours prêts à une attaque surprise. Dans chacune des trois «zones d’opération» des États-Unis continentaux – des régions géographiques où un commandement de combat particulier autorité – il y a au moins un E-6B Mercury, avec son équipage de 15 personnes, en alerte à tout moment. Ceux d’entre nous à Tinker prenaient des quarts rotatifs d’une durée moyenne de 10 heures dans les airs. Davantage d’information est disponible sur le site du vol en simulateur d’avion de chasse.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

16-11-2018

Quand tu es perplexe

Chaque fois que nous sommes perplexes devant des faiblesses qui n’ont pas de sens, remettre en question pourquoi est aussi utile de la bouche d’un adulte que d’un enfant de quatre ans. Si vous Vous ne comprenez pas pourquoi vous avez recommencé à boire après dix ans ou ne pouvez pas trouver du travail fait quand vous l’avez fait avant, ou ne peut pas trouver un meilleur gars quand vous savez quoi vous vous trompez, vous avez le droit de vous demander pourquoi. Poser la question plus une ou deux fois, cependant, est un mouvement semblable à un travail qui peut vous aider à exprimer votre frustration. tration, mais ne vous aidera pas à le surmonter. La neurobiologie nous a appris que chaque action que nous posons dépend de la multiples sous-capacités uniques, et tout ce qu’il faut, c’est qu’une de ces sous-capacités soit faible ou cassé, et notre capacité à fonctionner est compromise. Si vous reprenez à boire, ce n’est pas parce que vous êtes une personne faible, mais parce la boisson déclenche quelque chose dans votre cerveau qui dit: « Je dois le refaire. » Si vous avez des problèmes avec la paperasse, c’est peut-être parce que votre cerveau a du mal à lating ou en utilisant des symboles écrits d’une manière spécifique (nombres, cartes, anglais). Si vous vous ne pouvez pas changer qui vous attire, vous pouvez être dirigé par une partie de votre cerveau qu’il ait été programmé avant la naissance ou quelques années plus tard, il ne peut être changé à présent. Donc, la réponse que vous obtiendrez de votre créateur, lorsque vous le rencontrerez enfin et demander pourquoi, est le même que celui que ta mère a reçu quand elle ne savait pas la réponse et je ne voulais pas perdre de temps – «Parce que je l’ai dit, maintenant va te faire… auto utile.  » Bien sûr, sachant qu’il n’ya pas de réponse fondamentale, ou que, à tout le moins, il n’est durable, ne vous libère pas de la responsabilité de traiter un problème; c’est juste vous épargne de devoir passer un examen sur ses origines. En fonction de votre obsession êtes avec une quête faustienne de la connaissance ou comment évitant vous êtes désordonné, douloureux tâches, vous voudrez ou non aimer mettre la quête de côté, accepter l’incertitude de ne pas comprendre les racines d’un problème et se consacrer néanmoins à la gestion le vieillir. Après avoir abandonné le faux espoir que la compréhension profonde rendrait possible Pour résoudre votre problème, rassemblez votre motivation en examinant vos raisons imposer un changement à vous-même et à votre vie. Le faire pour faire plaisir à quelqu’un ou pour regarder mieux ne sont pas des motivations qui ont tendance à durer; au lieu de cela, décidez vous-même si le changement est nécessaire pour que vous soyez le genre de personne que vous voulez être. Ensuite, si vous trouvez de bonnes raisons enracinées dans vos valeurs, rappelez-vous fréquemment ce qu’elles sont afin d’ignorer la douleur, la frustration et l’humiliation tout en cherchant à renforcer en votre gestion de vous-même. Au lieu d’essayer de résoudre votre problème, utilisez vos meilleurs outils pour le gérer, qu’ils trouvent un programme de réadaptation, un coach d’organisation ou un groupe d’amies dont les opinions sur les secousses vous avez confiance. Ayant abandonné la recherche d’une solution profonde et l’envie de poser des questions, de trouver les motivations qui comptent et d’apprendre à passer à l’action.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

19-09-2018

Un dauphin n’est pas un jouet

Avez-vous déjà vu des sirènes ? Moi, oui. Pas plus tard que mercredi dernier, en fait. Car ce jour-là, j’ai nagé en compagnie des dauphins. Cela s’est passé à Cannes, et si j’étais tombé sur un chien parlant lisant du Heidegger dans mes toilettes, je crois que ça ne m’aurait pas plus surpris que ça. Nager avec des dauphins est à mes yeux ce qui se rapproche le plus d’une rencontre extraterrestre. On note d’entrée de jeu leur intelligence, dès lors qu’ils s’approchent de nous et qu’on peut voir leurs petits yeux noirs nous scruter d’un air amusé. Il faut dire que l’eau n’étant pas notre élément, nous devons avoir l’air un peu patauds, à leurs yeux : nous devons leur faire le même effet que les manchots empereurs quand ils marchent sur la glace !
Ce que je n’avais pas prévu, c’est que nager en leur compagnie peut s’avérer assez inquiétant, par moments. Car ils pèsent leur poids, et quand ils passent près de vous, vous vous sentez soudain tout petit ! Et quand vous savez qu’ils peuvent fort bien tuer un requin, vous n’êtes pas tout à fait rassuré !
Sur place, j’ai été étonné d’entendre des personnes qui étaient scandalisées parce qu’elles n’avaient pas vu les dauphins d’aussi près que prévu. Ils ne se sont pas rendus compte de l’absurdité de leurs propos. Pourtant, si l’on remplace le dauphin par une créature terrestre, on s’en rend tout de suite compte : il ne leur viendrait pas à l’idée d’exiger des lions de se laisser approcher bien sagement ! Il en va de même pour les créatures marines, aussi sympathiques soient-elles à première vue avec leur « sourire ».
Non, je n’ai pas pu caresser les dauphins pendant cette activité, ni non plus me cramponner à eux comme Jacques dans le film de Besson. Seulement, j’ai pu contempler ces remarquables créatures dans leur élément. Et pour ma part, ça me suffit : c’est véritablement un cadeau que je n’oublierai pas. Nous sommes à ce point pétris par la société de consommation que certains ont la conviction que tout leur est dû. Mais dans ce cas, qu’ils restent loin des créatures sauvages : car celles-ci ne poseront pas pour eux !
Quoi qu’il en soit, si vous appréciez les dauphins, je vous recommande vraiment de vous jeter à l’eau : il faut le faire au moins une fois dans sa vie ! Plus d’infos par ici. Retrouvez toutes les infos sur ce de nage avec les dauphins à Cannes en suivant le lien.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

14-09-2018

Défendre les droits de l’homme en Arabie saoudite

Deux ans après l’adoption de la loi sur les associations, aucune nouvelle organisation indépendante de défense des droits humains n’avait été créée en application de ses dispositions en 2017. Les organisations indépendantes de défense des droits humains qui avaient été contraintes à la fermeture, dont l’Association saoudienne des droits civils et politiques (ACPRA), l’Union pour les droits humains, le Centre Adala pour les droits humains et l’Observatoire des droits humains en Arabie saoudite, n’avaient pas repris leurs activités. La quasi-totalité de leurs membres avaient été condamnés, avaient quitté le pays ou étaient en cours de procès devant le Tribunal pénal spécial. En octobre, les autorités ont adopté une nouvelle Loi de lutte contre le terrorisme, en remplacement de celle de février 2014. Le nouveau texte prévoyait des peines spécifiques pour les infractions liées au « terrorisme », dont la peine capitale. Il définissait toujours les actes terroristes en des termes vagues et excessivement larges, ce qui permettait son utilisation comme outil de répression supplémentaire de la liberté d’expression et des défenseurs des droits humains. Les autorités ont continué d’arrêter, de poursuivre et de condamner des défenseurs des droits humains sur la base de charges formulées en des termes vagues et invoquant de manière abusive la Loi antiterroriste de février 2014. Les 11 membres fondateurs de l’ACPRA, organisation fermée par les autorités en 2013, ont ainsi été condamnés à des peines d’emprisonnement. Sa peine ayant été confirmée en appel, Abdulaziz al Shubaily, membre fondateur de l’ACPRA, a commencé à purger les huit ans d’emprisonnement auxquels il avait été condamné, assortis d’une interdiction de sortir du pays pendant huit ans après sa libération et d’une interdiction de s’exprimer sur les réseaux sociaux. Abdulaziz al Shubaily avait été déclaré coupable, entre autres infractions, d’« outrage à l’intégrité du système judiciaire et des juges » et de « violation de l’article 6 de la Loi relative à la lutte contre la cybercriminalité » en ayant « incité l’opinion publique à se retourner contre les dirigeants du pays et signé des déclarations en ligne appelant la population à manifester ». Au début du mois de janvier, le militant des droits humains Essam Koshak, ingénieur en informatique, a été convoqué aux fins d’interrogatoire et questionné avec insistance à propos de son compte Twitter. Son procès s’est ouvert devant le Tribunal pénal spécial le 21 août. Essam Koshak devait répondre de plusieurs chefs liés à ses activités militantes en ligne. Le procès du défenseur des droits humains Issa al Nukheifi s’est ouvert devant le Tribunal pénal spécial le 21 août. Il était inculpé de plusieurs infractions liées à ses publications sur Twitter. Il avait été arrêté le 18 décembre 2016 et se trouvait toujours en détention à la prison générale de La Mecque à la fin de l’année.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

25-06-2018

A faire à Marrakech

La ville de Marrakech au Maroc est vraiment l’une des régions métropolitaines du Moyen-Orient les plus envoûtantes que j’ai visitées jusqu’ici. Une fois que vous arrivez dans cette belle ville marocaine exotique, vous trouverez bientôt beaucoup de raisons de rester plusieurs jours ou même plusieurs semaines. Commençant par ses habitants locaux, ses cuisines locales alléchantes, ses palais à couper le souffle, ses mosquées et ses madrasas, aux nombreux produits et cadeaux offerts dans les célèbres marchés du souk de la ville, Marrakech est une destination incontournable pour les voyageurs qui veulent escapade de voyage unique et amusante. Maintenant, si vous envisagez d’aller à cette ville marocaine passionnante, mais avez peu d’informations concernant la ville, j’ai énuméré ci-dessous 50 choses que vous devez savoir sur Marrakech qui peuvent vous aider avec vos préparatifs de voyage et plans. Histoire 1. La ville de Marrakech au Maroc est également connue sous le nom de «ville rouge» ou «Al Hamra». 2. Il est situé dans la région sud-ouest du Maroc, juste en dessous des montagnes de l’Atlas. 3. On dit que le nom de la ville provient des mots berbères « mur » et « akuch », signifiant « Terre de Dieu ». 4. Tout comme les autres villes du Moyen-Orient, Marrakech a également deux divisions principales: la vieille ville, appelée aussi la médina, et la ville moderne, qui a deux quartiers principaux à savoir le Gueliz (le quartier moderne européen de la ville) et la Hivernage. 5. La médina de la ville compte 27 quartiers tandis que la ville moderne en compte 11. 6. Marrakech, fondée vers 1060 par les Almoravides berbères, est l’une des quatre villes impériales du pays. Il est devenu la capitale d’un empire islamique qui a régné dans le centre de l’Espagne en Afrique de l’Ouest. 7. Pendant le règne de Moulay Ismail, la ville était la capitale du Maroc. Cependant, la capitale a été ramenée de Meknès à Marrakech par le petit-fils d’Ismail. 8. Bien que Marrakech soit connue pour être une ville islamique dans une société dominée par les hommes, elle reste l’une des villes musulmanes les plus libérales du Moyen-Orient. 9. Les premières influences françaises dans la ville sont visibles dans le centre commercial Art Déco situé dans la partie moderne de Marrakech. L’héritage français le plus significatif est l’utilisation de la langue française par les locaux marocains éduqués. 10. La population de plus de deux millions d’habitants de la ville de Marrakech est principalement d’origine Beber. S’y rendre 11. Notez que l’aéroport international Marrakech-Menara est à environ quatre miles au sud-ouest de la ville. Casablanca, une autre ville marocaine, a également un certain nombre de vols internationaux directs vers Marrakech. 12. Dans l’aéroport, diverses installations, y compris des guichets automatiques, des snack-bars, des restaurants, des magasins généraux, des boutiques hors taxes, des informations touristiques et des bureaux de poste sont disponibles pour répondre aux besoins des voyageurs. 13. Le transport vers la ville est également disponible. N’oubliez pas que le bus 11 se dirigera directement vers la médina de la ville. L’horaire du bus est toutefois assez imprévisible. Vous pouvez essayer d’utiliser les téléphones de taxi trouvés dans les salons de départ et d’arrivée, ou vous pouvez prendre des taxis près de la zone d’arrêt de bus. 14. Avant de commencer le voyage, il est préférable de trouver un prix convenu avec le conducteur car il y a beaucoup de conducteurs de taxis qui profitent des étrangers. 15. Ne vous attendez pas à une promenade joyeuse et sans tracas dans la ville; Les routes de Marrakech sont caractérisées par une circulation intense et la méchante étiquette routière de la plupart des motocyclistes. 16. La ville n’a pas non plus de service de dépannage général automatique. 17. Cependant, la plupart des voitures louées ont des détails de panne d’urgence à bord. 18. L’une des meilleures options pour voyager dans les plus belles villes du Maroc est le train de l’ONCF. Malgré les services limités du chemin de fer, il est fortement recommandé aux voyageurs pour sa sécurité, sa commodité et ses tarifs abordables. 19. Vous pouvez également consulter les grands taxis de la ville, qui sont de vieilles voitures Mercedes pouvant accueillir jusqu’à six passagers. Ce sont des modes de transport plus rapides que les autobus urbains. Des itinéraires spécifiques sont de la gare routière à Jemaa-el-Fna et de la gare à la poste de Guéliz. Une autre alternative à l’autobus est le cyclomoteur ou la bicyclette. Bien que faire du vélo dans la ville peut être amusant, cela peut aussi être dangereux en raison de la circulation routière et de l’étiquette de conduite horrible de certains chauffeurs de taxi. 20. Notez également que la plupart des routes de la ville sont trop étroites pour les voitures. Si vous avez l’intention de louer une voiture, il est conseillé de garer l’auto dans un endroit sûr dans la ville. Hébergement 21. Le quartier de la médina de Marrakech offre de grandes variations d’hôtels raffinés, de motels à rabais, de riads et de petites auberges. 22. Les hôtels les plus chers de la médina offrent d’excellentes installations, des restaurants de première classe et d’autres services d’hébergement adaptés. 23. Dans la ville moderne, cependant, les environs sont plus calmes et la plupart des hôtels offrent des services à prix modérés comme des forfaits petit-déjeuner, des douches, etc. Encore plus d’information sur cette incentive au Maroc en cliquant sur le site internet de l’organisateur.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

18-06-2018

Les ESPE et la StraNES

Les ESPE ont par nature vocation à être des acteurs de la stratégie de l’enseignement supé- rieur, à la fois par leur rôle dans la formation des professionnels de l’enseignement scolaire, mais aussi par celui qu’elles pourront jouer pour participer à la transformation pédagogique dans le supérieur. Dans l’idéal – un idéal qui est parfois déjà un projet très concret et qui était l’ambition initiale assumée clairement par la loi qui les a instituées – elles pourraient devenir un espace de rencontre entre les acteurs de la formation et de la recherche sur les questions d’éducation de la maternelle à l’enseignement supérieur, et tout au long de la vie. Elles devraient être des structures ouvertes et perméables capables de réunir les équipes de recherche qui apportent chacune leur pierre à l’édifice de compréhension des processus d’apprentissage, les pionniers de l’innovation pédagogique, les centres de développement pédagogique. Elles pourraient ainsi devenir le creuset d’une démarche interdisciplinaire, réflexive, collective et constante sur ce que veulent dire apprendre et enseigner au xxie  siècle et sur les mutations que le numérique entraîne dans l’appropriation et la coconstruction de savoirs ouverts à tous, tout au long de la vie. C’est aussi dans cette perspective que les ESPE permettraient de reconnaître plus explicitement encore le rôle des enseignants auprès des élèves, des étudiants et plus largement dans la société. Car le métier d’enseignant est un métier à responsabilité où chacun doit sans cesse prendre des décisions et adapter de façon permanente ses pratiques en fonction des élèves, des objectifs ambitieux qu’il leur donne, des problèmes qu’il repère et analyse. Placer tous les enseignants et enseignants-chercheurs dans une démarche réflexive de recherche-action est un moyen de transformer la pédagogie et de contribuer à l’élaboration des savoirs sur l’apprentissage. La formation des enseignants doit donc être conduite par la recherche et avec la recherche, pour faire de chaque enseignant un chercheur de solutions face aux situations d’apprentissages des élèves et – demain – des étudiants. Ainsi, les ESPE joueraient aussi un rôle essentiel dans le rapprochement du lycée et de l’enseignement supérieur, le partage entre les enseignants-chercheurs et les enseignants des lycées d’une culture commune mais aussi d’un projet commun pour élever les qualifications, aider chacun à la réussite et favoriser la mobilité sociale. Mais l’idéal n’est pas toujours au rendez-vous et il faudra une volonté politique forte et une capacité d’ouverture au changement tout aussi grande des équipes des ESPE et des enseignants-chercheurs du supérieur pour permettre aux ESPE de jouer ce rôle essentiel dans la transformation de notre éducation, de notre pédagogie, et pour lutter contre les excès de l’élitisme de notre système et des inégalités sociales qu’il produit.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

11-04-2018

Quand on parle d’avion de chasse

Le F- 16 Fighting Falcon est l’avion de combat à réaction d’après 1945 le plus largement utilisé dans le monde occidental. C’est également l’un des plus connus du grand public, puisqu’il fut pendant des années la monture des fameux « Thunderbirds », la patrouille acrobatique de l’US Air Force. Et cette semaine, j’ai eu l’occasion d’en voir un en action, lors d’un meeting aérien extraordinaire. La tête encore pleine d’images, j’ai eu envie de vous présenter ce Light Weight Fighter (LWF chasseur léger) présent dans le monde entier, et qui est devenu pour tous l’image même de l’avion de chasse.
Conçu à l’origine pour les pays alliés des États-Unis, l’avion fut sélectionné plus tard par l’US Air Force en complément du McDonnell Douglas F-15 Eagle. Le prototype General Dynamics YF-16A fit son premier vol le 20 janvier 1974 et battit son concurrent, le Northrop YF-17A, dans une évaluation comparée ultérieure des LWF. Avec une spectaculaire agilité (due en partie à ses commandes électriques et à son mini-manche latéral au lieu du classique manche à balai central), le F-16 fut choisi à l’été 1975 pour rééquiper les forces aériennes belges, danoises, hollandaises et norvégiennes, la production étant organisée en Europe et la plupart des avions étant modernisés par la suite. D’autres F-16A et des biplaces F-16B furent achetés par l’Egypte, la Jordanie, le Pakistan, le Portugal, Singapour, Taïwan, la Thaïlande et le Venezuela. Bien que conçu en tant que chasseur, la majorité des F-16A/B sont utilisés comme chasseurs-bombardiers et certains avions ont été convertis en intercepteurs purs pour les unités de la Garde Nationale américaine. Le F-16C ultérieur qui reçut une avionique perfectionnée dont un radar plus puissant fit son premier vol en juin 1984. Israël engagea en premier le F-16 au combat lorsque des F- 16A récemment livrés attaquèrent avec succès les installations nucléaires de l’Irak en juin 1981. Les F-16 pakistanais revendiquèrent quelques victoires lors de l’intervention soviétique en Afghanistan. Si des centaines de F-16 furent déployés lors de la guerre du Golfe de 1991, la première victoire aérienne ne fut enregistrée qu’en décembre 1992 quand un F-16 de l’US Air Force abattit un MiG-25 irakien. D’autres victoires furent obtenues en Yougoslavie. Si ce meeting aérien a été un bon moment, il a cependant eu un effet pervers : il a relancé mon envie d’effectuer un vol en avion de chasse. L’activité n’est pas donnée (presque 2000 euros), mais je ne peux m’empêcher de relire régulièrement le descriptif de la prestation. Cèderai-je ou non à la tentation ? Réponse sous peu. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de baptême en L-39.

l39 (9)

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

05-04-2018

Les travailleurs migrants au Népal

L’année dernière, le gouvernement du Népal n’a rien fait pour protéger efficacement les travailleurs migrants et mettre fin à la culture de l’impunité qui entoure les pratiques d’embauche illégales et criminelles. Ils ont systématiquement été victimes d’agissements illégaux et criminels de la part d’entreprises et d’agents de recrutement. Des recruteurs leur ont régulièrement fait payer des frais illégaux et excessifs, les ont trompés à propos de leurs conditions de travail à l’étranger et ont obtenu par la manipulation leur consentement à travailler à l’étranger en les accablant de dettes à leur embauche. Certains recruteurs ont été directement impliqués dans un trafic de main-d’oeuvre, une infraction punie par la Loi népalaise relative au contrôle de la traite et du transport des êtres humains. Les migrants bloqués dans des situations où ils étaient forcés de travailler avaient le plus grand mal à obtenir le soutien des ambassades népalaises lorsqu’ils souhaitaient regagner leur pays. Il était rare que les recruteurs proposent une assistance de rapatriement aux travailleurs qui rencontraient des difficultés à l’étranger, malgré leurs obligations aux termes de la Loi relative à l’emploi à l’étranger. Les autorités n’ont pas mené d’enquête (notamment par le biais d’autopsies) concernant le grand nombre de travailleurs migrants décédés alors qu’ils travaillaient à l’étranger. Aucun progrès n’a été réalisé dans la mise en place de la politique de « visa gratuit, billet gratuit » du gouvernement, qui avait pour but de réduire les frais d’embauche perçus par les agences de recrutement. À plusieurs reprises, le gouvernement s’est publiquement engagé à réduire les coûts de migration pour les travailleurs et à les protéger contre la contraction de dettes. Il a pourtant alourdi le fardeau qui pesait sur les migrants en augmentant les frais précédant le départ. En juillet, le Bureau chargé de promouvoir l’emploi à l’étranger a augmenté la somme que devaient verser les travailleurs migrants pour alimenter le fonds de prévoyance géré par le gouvernement. Moins de 100 agences de recrutement ont été condamnées à des amendes ou poursuivies devant le Tribunal chargé de l’emploi à l’étranger pour avoir enfreint la législation népalaise encadrant l’emploi à l’étranger, alors que plus de 8 000 travailleurs migrants ont porté plainte contre des agents de recrutement. La Loi de 2007 relative à l’emploi à l’étranger dispose que les victimes doivent déposer plainte auprès du Département de l’emploi à l’étranger et empêche la police d’enquêter activement sur les entreprises de recrutement qui enfreignent le droit pénal népalais. Ces entreprises ont continué à user de leur influence politique pour empêcher les enquêtes, les poursuites et les réparations liées à l’exploitation de migrants et aux atteintes répétées à leurs droits.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

07-02-2018

Retrouvailles à Strasbourg

Cette semaine, je me suis rendu dans le Bas-Rhin pour une expérience unique et inoubliable : un vol en hélicoptère dans les environs de Strasbourg, qui m’a permis de redécouvrir la ville et son paysage sous un nouveau jour. Mais ce fut surtout l’occasion pour moi de retrouver la cathédrale de Strasbourg, en face de laquelle j’ai vécu durant deux ans dans le cadre de mes études. Pour ceux qui n’ont jamais visité Strasbourg, il semble difficile d’expliquer à quel point cet édifice marque à ce point. Lorsque j’habitais là-bas, je l’avais évidemment en permanence sous les yeux, dès que je m’accoudais à la fenêtre pour fumer. Il était temps que je consacre un billet à celle qui m’a accompagnée durant mes révisions et mes années d’étude. Sa flèche, dressée si haut qu’elle se voit tout alentour, attire irrésistiblement le visiteur. Mais ce n’est qu’en arrivant rue Mercière qu’on la découvre enfin. Un joyau emplit soudain l’espace restreint qui lui est accordé. Comment vous décrire une telle splendeur ? Il a fallu trois siècles pour bâtir cette merveille. Imaginez vous en approcher. Et plus vous vous en approchez et plus la tête vous tourne. L’unique tour, qui culmine à 142 mètres, fit de cette cathédrale de Strasbourg, et ce jusqu’au XIXe siècle, le lieu le plus haut de la chrétienté ! Toute de grès rose, la gigantesque façade avec ses fines colonnes, sa rosace immense et ses voussures au prodigieux décor en fait un chef-d’oeuvre d’élégance, une piece d’orfèvrerie somptueuse. Des centaines de statues, aux expressions touchantes ou effrayantes, sont sculptées avec un réalisme ne manquant ni d’humour et encore moins de grâce, et racontent bien des histoires. Sur le portail central se lit la Passion du Christ dans un foisonnement qui participe de sa magnificence. Et comme dirait la stupide pub de SFR : «c’est pas fini !». Car le gothique flamboyant de l’extérieur se retrouve à l’intérieur. La nef à trois étages est illuminée par des vitraux, ensemble monumental dont la richesse des thèmes et des couleurs abasourdit… avant de ravir lorsqu’on commence à s’attarder sur l’un d’eux. Il y a tant de choses à voir. Le pilier des Anges, par exemple. Pilier central qui, par sa position, devrait être massif et qui se fait leçon d’apesanteur. Le Christ, des anges et les apôtres sont délicatement posés dessus pour évoquer le Jugement dernier. On craint qu’un souffle brise l’extraordinaire dentelle de pierre qui s’élève dans les airs; c’est une chaire du XVe siècle dont l’apparente fragilité donne une âme à la multitude de statues qui 1′ornent. L’émotion s’accentue lorsqu’en levant la tête vous apercevez l’orgue en « nid d’hirondel1e » accroché à la nef, son buffet polychrome en fait un des plus beaux d’Alsace. Lorsque vous en êtes là de votre visite, vous avez oublié le temps qui passe. Mais l’horloge astronomique vous le rappelle heureusement. Chef-d’oeuvre de la Renaissance, elle conjugue les mathématiques et les arts dans une perfection où se mêlent complexité, précision et beauté. Des personnages défilent au rythme de la course du soleil, de la lune, des signes du zodiaque, des planètes et sonnent les heures. C’est un spectaculaire mécanique qui, tous les jours à 12h30, fait le jeu du temps de la vie terrestre. Êt si vous êtes décidément insensible aux charmes de la belle, il reste toujours le marché de Noël qui vient de s’installer. Le vin chaud que j’y ai pris m’a, lui aussi, rappelé de nombreux souvenirs de mes années estudiantines ! Cette expérience de vol en hélicoptère m’a par ailleurs bien plu, et il se pourrait même que je recommence un jour. J’ai découvert que cette activité était praticable un peu partout en France. Encore plus d’information sur ce de vol en hélicoptère à Strasbourg en surfant sur le site web de l’organisateur.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

31-01-2018

La loi naturelle de l’homme

Une loi naturelle est ce facteur de l’homme qui s’affirme librement et spontanément sans aucune force extérieure, en harmonie avec les exigences de la nature. Par exemple, la demande en matière de nutrition, de gratification sexuelle, de lumière, d’air et d’exercice est une loi naturelle. Mais son expression n’a pas besoin de l’appareil gouvernemental, n’a pas besoin du club, du pistolet, des menottes ou de la prison. Obéir à de telles lois, si nous pouvons l’appeler obéissance, n’exige que de la spontanéité et des opportunités libres. Que les gouvernements ne se maintiennent pas à travers de tels facteurs harmonieux est prouvé par la terrible gamme de violence, de force et de coercition que tous les gouvernements utilisent pour vivre. Ainsi, Blackstone a raison quand il dit: «Les lois humaines sont invalides, parce qu’elles sont contraires aux lois de la nature.  A moins que ce ne soit l’ordre de Varsovie après le massacre de milliers de personnes, il est difficile d’attribuer aux gouvernements toute capacité d’ordre ou d’harmonie sociale. L’ordre obtenu par la soumission et maintenu par la terreur n’est pas une garantie sûre; Pourtant, c’est le seul «ordre» que les gouvernements ont jamais maintenu. La véritable harmonie sociale se développe naturellement par solidarité d’intérêts. Dans une société où ceux qui travaillent toujours n’ont jamais rien, alors que ceux qui ne travaillent jamais apprécient tout, la solidarité des intérêts est inexistante; l’harmonie sociale n’est donc qu’un mythe. La seule manière dont l’autorité organisée rencontre cette situation grave est d’accorder des privilèges encore plus grands à ceux qui ont déjà monopolisé la terre, et d’asservir encore davantage les masses déshéritées. Ainsi, tout l’arsenal du gouvernement – lois, police, soldats, tribunaux, législatures, prisons – s’emploie énergiquement à «harmoniser» les éléments les plus antagonistes de la société.  Les excuses les plus absurdes pour l’autorité et la loi sont qu’elles servent à diminuer le crime. Outre le fait que l’État est lui-même le plus grand criminel, enfreignant toute loi écrite et naturelle, volant sous la forme d’impôts, de meurtres sous forme de guerre et de peine capitale, il s’est complètement immobilisé face au crime. Il a complètement échoué à détruire ou même à minimiser l’horrible fléau de sa propre création.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

1...1314151617...20

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120