30-06-2020

Partager des données privées pour le bien public

de manière responsable et tenir compte des préoccupations de confidentialité des données. NEW YORK – Après que l’ouragan Katrina a frappé la Nouvelle-Orléans en 2005, la société de marketing par publipostage Valassis a partagé sa base de données avec des agences d’urgence et des bénévoles pour aider à améliorer la distribution de l’aide. À Santiago, au Chili, des analystes de l’Universidad del Desarrollo, de la Fondation ISI, de l’UNICEF et du GovLab ont collaboré avec Telefónica, le plus grand opérateur de téléphonie mobile de la ville, pour étudier les schémas de mobilité sexospécifique afin de concevoir une politique de transport plus équitable. Et dans le cadre du projet Open Data Access de l’Université de Yale, les sociétés de soins de santé Johnson & Johnson, Medtronic et SI-BONE permettent aux chercheurs d’accéder à des données précédemment closes de 333 essais cliniques, ouvrant la porte à de nouvelles innovations possibles en médecine. Kevin Rudd voit la crise comme un parfait exemple concret de la raison pour laquelle le multilatéralisme est plus que jamais nécessaire. précédent Prochain Ce ne sont que trois exemples de collaborations de données », une nouvelle forme de partenariat dans laquelle les participants échangent des données pour le bien public. De tels rapprochements impliquent généralement des organismes publics utilisant des données d’entreprises et d’autres entités du secteur privé au profit de la société. Mais les collaborateurs de données peuvent aussi aider les entreprises – les sociétés pharmaceutiques partagent des données sur les biomarqueurs pour accélérer leurs propres efforts de recherche de médicaments, par exemple. Les initiatives de partage de données ont également un énorme potentiel pour améliorer l’intelligence artificielle (IA). Mais ils doivent être conçus de manière responsable et tenir compte des préoccupations de confidentialité des données. Comprendre l’analyse de la société et des affaires pour les collaborateurs de données, ainsi que les formes qu’ils peuvent prendre, est essentielle pour mieux comprendre le potentiel et les limites de telles entreprises. Le GovLab a identifié plus de 150 collaborateurs de données couvrant les continents et les secteurs; ils incluent des sociétés comme Air France, Zillow et Facebook. Nos recherches suggèrent que de tels partenariats peuvent créer de la valeur de trois manières principales. Pour commencer, les données collaboratives peuvent améliorer l’analyse situationnelle et causale. Leurs collections uniques de données aident les responsables gouvernementaux à mieux comprendre les problèmes tels que les problèmes de circulation ou les inégalités financières, et à concevoir des politiques fondées sur des preuves plus agiles et ciblées pour les résoudre. De plus, ces échanges de données renforcent la capacité prédictive des décideurs. Les vastes réserves de données publiques et privées d’aujourd’hui peuvent fournir des informations puissantes sur les développements futurs et ainsi aider les décideurs à planifier et à mettre en œuvre des mesures plus efficaces. Enfin, et c’est le plus important, les collaborateurs de données peuvent rendre l’IA plus robuste, précise et réactive. Bien que les analystes suggèrent que l’IA sera au centre de la gouvernance du XXIe siècle, sa production n’est aussi bonne que celle des modèles sous-jacents. Et la sophistication et la précision des modèles dépendent généralement de la qualité, de la profondeur, de la complexité et de la diversité des données qui les sous-tendent. Les collaborateurs de données peuvent ainsi jouer un rôle essentiel dans la construction de meilleurs modèles d’IA en décomposant les silos et en agrégeant les données de sources nouvelles et alternatives. Abonnez-vous aujourd’hui et obtenez un accès illimité à OnPoint, à Big Picture, aux archives PS de plus de 14 000 commentaires et à notre magazine annuel, pour moins de 2 $ par semaine. SOUSCRIRE Les collaborations de données publiques-privées ont un grand potentiel pour le bien de la société. Les décideurs politiques qui analysent les modèles de trafic ou le développement économique dans les villes pourraient rendre leurs modèles plus précis en utilisant, par exemple, des enregistrements des détails des appels générés par les fournisseurs de télécommunications. Et les chercheurs pourraient améliorer leurs modèles de prévision du climat en ajoutant des données d’opérateurs de satellites commerciaux. Les échanges de données pourraient être tout aussi utiles pour le secteur privé, en aidant les entreprises à renforcer la réputation de leur marque, à canaliser leurs dépenses de recherche et développement plus efficacement, à augmenter leurs bénéfices et à identifier de nouveaux risques et opportunités. Pourtant, malgré tous les progrès et les promesses, la collaboration en matière de données est encore un domaine naissant, et nous commençons seulement à comprendre ses avantages et ses inconvénients potentiels. Notre approche au GovLab met l’accent sur l’avantage mutuel de la collaboration et vise à instaurer la confiance entre les fournisseurs de données et les utilisateurs. Dans le cadre de ce processus, nous avons commencé à concevoir un cadre institutionnel qui place la collaboration responsable en matière de données au cœur des opérations des entités des secteurs public et privé. Cela comprend l’identification des principaux responsables des données dans ces organisations pour diriger la conception et la mise en œuvre d’efforts de collaboration systématiques, durables et éthiques. L’objectif est de constituer un réseau d’individus des secteurs privé et public promouvant la gestion des données. Compte tenu des préoccupations accrues concernant la confidentialité et l’utilisation abusive des données – ce que l’on appelle le techlash – certains se méfieront naturellement des initiatives de partage de données. Nous sommes conscients de ces inquiétudes légitimes et des raisons de l’érosion plus générale de la confiance du public, mais nous pensons également que la création de cadres rigoureux et d’approches plus systémiques de la collaboration en matière de données sont les meilleurs moyens de répondre à ces préoccupations. Les collaborateurs de données rassemblent des données autrement cloisonnées et une expertise dispersée, aidant à faire correspondre l’offre et la demande pour ces informations. Des initiatives bien conçues garantissent que les institutions et les individus appropriés utilisent les données de manière responsable pour maximiser le potentiel des politiques sociales innovantes. Et l’accélération de la croissance des collaborations de données est cruciale pour le développement ultérieur de l’IA. Le partage de données comporte des risques, mais il a également le potentiel de transformer la façon dont nous sommes gouvernés.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120