25-06-2020

Birmanie: un séminaire économique

Les élections législatives multipartites de 1990 ont permis à l’opposition clé – la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) – de remporter un triomphe écrasant. Au lieu de passer plus que la force, la junte a mis la tête de la NLD (et le destinataire du prix Nobel de la paix de 1991) AUNG SAN SUU KYI en résidence surveillée de 1989 à 1995, 2000 à 2002, et de mai peut-être 2003 à novembre 2010. À fin septembre 2007, la junte au pouvoir a brutalement réprimé les protestations au-delà de l’augmentation des coûts énergétiques guidée par des militants de la prodémocratie et des moines bouddhistes, éliminant un nombre inconnu de personnes et arrêtant d’innombrables personnes pour avoir participé aux démos. Début mai 2008, le cyclone Nargis a frappé la Birmanie, qui a fait 138 000 morts et des dizaines de milliers de blessés et de sans-abri. Indépendamment de cette tragédie, la junte a procédé à son référendum constitutionnel Puissant, le tout premier vote en Birmanie depuis 1990. La constitution de 2008 fournit 25% des chaises à l’armée. Les élections législatives verrouillées en novembre 2010, que la NLD a boycottées et que de nombreux membres du voisinage international ont jugées défectueuses, ont vu le rassemblement de l’Union pour la solidarité et l’amélioration réunis rassembler plus de 75% des sièges contestés. La législature nationale s’est réunie en janvier 2011 et a choisi l’ancien excellent ministre THEIN SEIN comme directeur général. Malgré le fait que la majorité des personnes nommées au niveau national par THEIN SEIN étaient d’anciens ou actuels officiers de l’armée, le gouvernement américain a lancé un certain nombre de réformes gouvernementales et économiques conduisant à une grande ouverture du pays longtemps isolé. Ces réformes comprenaient la livraison d’innombrables prisonniers gouvernementaux, la signature d’un cessez-le-feu à l’échelle nationale avec de nombreuses équipes culturelles culturelles du pays, la poursuite de changements légaux et la réduction progressive des contraintes de flexibilité du clic, de l’organisation et de la culture civile. En raison au moins dans une certaine mesure de ces réformes, AUNG SAN SUU KYI a été décidée par le législateur national en avril 2012 et est devenue le comité de la règle de la réglementation et de la tranquillité. La Birmanie a proposé la présidence de l’Organisation des nations du Sud-Est oriental dans le monde (ASEAN) pour 2014. Dans le cadre d’une élection politique législative nationale imparfaite mais surtout crédible en novembre 2015 offrant plus de 90 partis politiques, la NLD a une fois de plus remporté un succès écrasant. Utilisant sa masse écrasante dans les deux foyers du Parlement, la NLD a décidé HTIN KYAW, confident d’AUNG SAN SUU KYI et partisan de longue date de la NLD, en tant que directeur général. La toute nouvelle législature a créé un poste de conseiller d’État, conformément à AUNG SAN SUU KYI, une fonction appropriée au sein des autorités et lui donnant l’esprit de fait du statut. Les toutes premières autorités civiles élues de manière crédible de Birmanie après plus de 5 générations de dictature militaire ont prêté serment sur le lieu de travail le 30 mars 2016. En mars 2018, lors de la démission de HTIN KYAW, le Parlement a choisi WIN MYINT, un allié supplémentaire de AUNG SAN SUU KYI pour une période prolongée. comme président. Des attaques perpétrées en octobre 2016 et août 2017 contre des forces de sécurité dans la partie supérieure de l’état de Rakhine par des individus, l’Arrakan Rohingya Salvation Army (ARSA), un groupe militant Rohingya, ont provoqué des répressions militaires autour de la population rohingya qui ont apparemment déclenché un grand nombre de décès et d’humains. étant des violations des droits. À la suite des violences physiques d’août 2017, plus de 740 000 Rohingyas ont fui vers le Bangladesh voisin en tant que réfugiés. En novembre 2017, la division d’État américaine a établi que l’assaut d’août 2017 constituait une purification culturelle des Rohingyas. L’ONU a fait référence à la Birmanie pour autoriser le recours à une mission d’enquête afin d’enquêter sur les cas d’infractions et d’abus des droits de l’homme et de faire des affaires avec le Bangladesh pour aider au rapatriement des réfugiés rohingyas, ainsi qu’en septembre. 2018, la Cour pénale mondiale (CPI) a établi qu’elle avait le pouvoir d’analyser les violations notées des privilèges humains envers les Rohingyas. La Birmanie a rejeté les coûts de la purification ethnique et du génocide, et elle a choisi de ne pas travailler aux côtés de la Mission de découverte des faits de l’ONU ou de la CPI. En mars 2018, le président HTIN KYAW a déclaré sa retraite volontaire; Le parlementaire de la NLD, Earn MYINT, était connu du Parlement comme son successeur. En février 2019, la NLD a annoncé qu’elle pourrait créer une commission parlementaire pour vérifier les choix de changement constitutionnel avant les élections nationales organisées pour 2020.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120