31-05-2020

Comment l’hexagone est devenu meneur dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

La France est vraiment un chef cuisinier, que ce soit au restaurant ou récemment dans une poubelle. En février 2016, la France a pris le relais en tant qu’état initial sur la planète pour interdire aux marchés de rejeter les repas non utilisés via des réglementations approuvées à l’unanimité. Maintenant, les magasins d’une dimension particulière doivent donner des produits alimentaires rarement utilisés ou faire face à une grande. Les autres polices d’assurance exigent que les établissements d’enseignement éduquent les particuliers sur la durabilité des produits alimentaires, que les entreprises documentent les statistiques sur les denrées alimentaires et que les établissements de restauration jettent des statistiques sur l’environnement, et que les établissements de restauration proposent des barbecues. Marie Mourad, étudiante au doctorat en sociologie à Sciences Po à Paris, a publié plusieurs études sur le gaspillage de plats français. « La France n’est pas le pays qui gaspille le moins de produits alimentaires, mais ils deviennent de loin le plus proactif, principalement parce qu’ils aimeraient devenir la région par excellence des pays européens. » Les efforts de la France ne sont pas passés inaperçus. Le continent a obtenu un positionnement de premier ordre lors de la Food Sustainability Crawl 2017, étude de marché menée dans 25 pays de l’Union européenne, du Moyen-Orient, d’Asie et des Amériques par l’intermédiaire de la fondation Economist and Barilla Facility for Food Basics et Nutrition Basic (BCFN). Les Français ont gaspillé chaque année 234 livres d’aliments pour chaque individu, comme le rapporte le BCFN, ce qui est certainement bien meilleur que les frères de la France dans le monde, comparé à environ 430 kilos par habitant jeté par an dans les États. Les petits déchets font grand effet Les déchets alimentaires, ou les aliments comestibles non utilisés, sont en réalité une affaire mondiale. Chaque année, environ 1,3 milliard de chargements métriques, soit un tiers de l’ensemble des aliments créés, sont jetés, conformément aux activités de la restauration et de l’agriculture des Nations Unies. La récupération de seulement 25% de ces produits alimentaires mal utilisés pourrait nourrir 870 000 personnes affamées – mettant ainsi fin à l’appétit mondial pour la nourriture. Outre les déchets, les aliments gaspillent des ressources utiles comme l’eau normale, les terres arables et l’argent, mais remplissent aussi les décharges qui produisent du méthane. Si les déchets de repas étaient en réalité une nation, ce serait le troisième plus important émetteur d’essence à effet de serre de jardin juste derrière l’Amérique et la Chine. «Les déchets alimentaires sont très urgents, principalement parce que chaque processus individuel a le plus grand impact sur la planète.» Explique Jason Clay, ancien vice-président de la division Food and Markets du Society Wild Animals Account. «Aux États-Unis, le gouvernement n’a pas de champions qui s’intéressent énormément aux repas, même si ces derniers gaspillent des repas», suggère M. Clay. «Cela nous a séparés de la France: ils ont des individus qui réclamaient politiquement cette question.»

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120