23-03-2020

Ils vont en Syrie

Il existe en fait plusieurs types principaux d’Américains qui se battent sur une pelouse en Syrie: des soldats de forces spécifiques, des courtiers de la CIA, des extrémistes islamiques et des anarchistes. Lorsque je fonce dans le bateau à moteur au-dessus du Tigre, un soir au mois de mai éventuellement 2018, je ne sais pas du quel, le cas échéant, je vais vivre dans les mois à venir. Le Pentagone a déjà expliqué que je ne pouvais pas être aussi bien avec ses troupes; la CIA n’admet pas publiquement avoir presque rien à voir avec la Syrie; les extrémistes seraient heureux de me voir vieux; De plus, les anarchistes ont tendance à faire attention de ne pas avertir les autorités fédérales contre lesquelles ils se battent dans un pays inconnu. Je débarque avec plusieurs autochtones et longe une pente graveleuse menant à votre petite cabane. L’Iraq, dont je viens de vivre, se situe autour de la partie adverse du courant. La Turquie n’est tout simplement pas très en amont. Un homme ayant un contrat ridé, utilisé avec la lumière du soleil avec un AK-47 demande vos passeports. Je n’utilise pas de visa. Un mois après avoir posté mon programme pour les débutants, le gouvernement syrien a lancé une bombe chimique sur une création à Ghouta, à l’extérieur de Damas. Le U. N. a déclaré avoir tué 49 civils, dont 11 enfants. Alors que j’attendais une détermination, le chef Donald Trump a tweeté que le président syrien Bashar al-Assad – « Animal Assad » – paierait un « gros prix » pour votre invasion. Quelques jours après, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont bombardé plusieurs bâtiments d’enquête et militaires. L’ambassade de Syrie à Beyrouth m’envoya un courrier électronique peu après: «Nous voulons vous dire que votre demande de visa a été refusée en raison de l’absence d’objectivité dans les examens se rapprochant de la tourmente syrienne.» Mais cette frontière n’est pas exploitée avec le Autorités Assad. Il est géré par Syrian Democratic Factors, une alliance de milices soutenues par les États-Unis et la Coalition mondiale pour vaincre l’Etat islamique. Le SDF gère actuellement environ 25% de la Syrie, une région appelée Fédération démocratique du nord de la Syrie. L’emplacement comprend principalement des sites arabes ainsi que de nombreuses régions de la région à prédominance kurde du Rojava. La majorité des quelque 2 000 soldats américains affectés à des interventions chirurgicales en Syrie se trouvent sur place, répartis dans une douzaine de bases. Alors que le bouclier-frontière kurde avec tous les AK bascule via mon passeport, son contrat s’éclaircit. « Êtes-vous nous? » Demande-t-il. «Tu es saint pour nous! Le peuple kurde apprécie les Américains! »Il allume une cigarette et demande à être tiré. « Si cela avait été notre volonté, nous ne permettions pas aux Américains de partir », affirme-t-il. «Ils continueraient à être ici pour toujours.» Il me montre parfois que les troupes turques utilisent des mortiers à la flamme, de petits rappels de ce qui l’attend si les poussées américaines se dissipent. «Est-ce qu’ils vont nous garder?» Me demande ouvertement un autre monsieur. Il ou elle est arabe. «Ce n’est pas clair», dis-je. 5 semaines auparavant, Trump savait qu’il tirait toutes les troupes américaines hors de Syrie «très rapidement», mais il avait retourné son document plusieurs jours après. Ce ne serait pas la dernière fois qu’il y parviendrait. «Peut-être qu’ils pourront partir», affirme l’homme arabe. «Non!» S’exclame le bord ridé à défendre. «Nous avons du gaz, beaucoup d’huile essentielle», affirme l’Arabe. « Laissez-les rester et considérez le pétrole. » « Si des citoyens américains et des entreprises occidentales – et non des entreprises européennes! » Arrivaient et exploraient la région, ils trouveraient beaucoup plus de pétrole que l’Irak « , affirme le Kurde. «Il y a du gaz, il y a de l’essence, il y a du phosphore, tout ce que vous voulez!» Un choeur d’oiseaux sauvages monte en flèche avec la chaleur qui diminue. «Nous faisons quoi que la coalition nous informe de mener à bien. Immédiatement! Si ce n’était pas pour votre coalition, nous ne serions pas là. »Assad, Poultry, ce qu’il reste de l’État islamique, et de nombreuses équipes rebelles armées et qualifiées par la CIA veulent voir la finale de l’échappée. territoire. «Si quelqu’un vous défend, ne lui donnerez-vous pas votre style de vie et celui de vos enfants? Voilà les exigences légales de l’univers, mon frère. »Cela fait neuf ans que j’étais en Syrie. J’avais investi chaque année et une moitié ici, tout d’abord en comprenant l’arabe à Damas, puis en me servant de la terre comme résidence, comme je le faisais au début. Je me souviens comment, en 2009, mes copains syriens rêvaient d’éliminer le dictateur avec ses principales autorités, mais personne n’aurait pu imaginer comment le printemps arabe précoce arriverait deux ans plus tard. Il s’est répandu en Syrie, mais Assad n’a pas réussi à abandonner. La révolte de la routine s’est transformée en guerre civile et presque toutes les personnes que j’ai connues ont fui le pays. Certains se sont retrouvés dans les pays européens et en Amérique latine, d’autres au Liban et dans le secteur de la volaille. En 2014, je suis retourné dans le centre-est une fois pour découvrir de bons amis qui se seraient révélés être des réfugiés. J’ai écrit à propos de ce qui s’est passé dans leur communauté, où le régime était des individus voraces à mort.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120