07-01-2020

Nouvelles tensions aériennes

Deux semaines auparavant, Boris Obnosov, PDG de Tactical Missiles Corporation, une société engagée dans le développement d’armes pour cette plate-forme de combat, a confirmé que le Su-57 avait commencé les essais en vol avec ses nouvelles armes avancées. Les experts militaires russes ont proposé une myriade de raisons possibles pour le déploiement des Su-57 en Syrie. En ce qui concerne les armes embarquées, l’observateur a rappelé que « le Su-57 dispose de deux grands compartiments d’armes internes, qui occupent pratiquement toute la longueur utile de l’avion. Chaque compartiment peut transporter jusqu’à quatre missiles air-air K-77M », qui ont une portée de près de 200 km et qui constituent l’équivalent approximatif du missile air-air avancé AIM-120 à moyenne portée des États-Unis. De nombreux observateurs militaires occidentaux se sont montrés critiques. Business Insider a cité des experts affirmant que le déploiement était un « décision cynique » visant à stimuler les ventes d’armes russes et à obtenir des informations précieuses sur la puissance aérienne américaine avancée dans la région. Dave Majumdar, de National Interest, a fait un peu plus d’efforts en allant parler à un expert militaire russe, Vasily Kashin du Centre pour les Etudes Générales Internationales de Moscou. ] dans un environnement de guerre réelle », une mesure permettant de préparer une production de l’avion en conditions opérationnelles. L’avis de Majumdar lui-même est que le déploiement aidera probablement l’armée russe à acquérir de précieuses données opérationnelles et de performance sur l’avionique avancée du Su-57, y compris son radar à balayage électronique actif et ses systèmes ELINT. Même « des missions de combat limitées » sont une possibilité, écrit-il.  D’ici la fin de l’année 2018, la force de dissuasion nucléaire de l’armée de l’Air aura en partie fait peau neuve. Durant l’été, le chasseur-bombardier Mirage 2000N conçu par Dassault Aviation va donc être retiré du service après 30 ans de loyaux services. A partir de là, son successeur le Rafale B deviendra le seul porteur du missile nucléaire air-sol ASMPA. Au total 50 appareils seront répartis sur deux escadrons basés à Saint Dizier (Haute-Marne). Début octobre, l’armée de l’Air recevra son premier avion de ravitaillement A330 MRTT Phénix. Les FAS ont fait le choix d’un avion polyvalent et modulaire. Outre la fonction de ravitaillement en vol, l’appareil construit par Airbus assurera le transport des troupes, l’emport de fret et l’évacuation sanitaire. Il remplacera quatorze Boeing C-135 pour le ravitaillement et l’évacuation sanitaire ainsi que trois Airbus A310 et deux Airbus A340 pour le transport des troupes. Au total quinze A330 MRTT Phénix sont prévus dans la loi de programmation militaire et douze sont déjà financés. Le remplacement des appareils s’échelonne depuis plusieurs années. “Il a été impératif d’anticiper de longue date tout à la fois le passage au « tout Rafale » et l’arrivée du Phénix. Hormis le passage des Rafales au standard F3-R en 2019 puis ultérieurement au standard F4, la flotte ne devrait pas connaître de changements majeurs avant 2035. Elles sera ensuite renouvelée pour supporter le futur successeur du missile ASMPA. Retrouvez plus d’informations sur l’organisateur de cette expérience de baptême en avion de chasse L39.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120