19-10-2019

Se battre contre la perte alimentaire

La France est vraiment un chef culinaire – chacun à la table et, plus récemment, à la poubelle. En février 2016, la France est devenue le premier pays au monde à interdire aux marchés de l’alimentation d’organiser des repas rarement utilisés au moyen d’une réglementation adoptée à l’unanimité. Désormais, cours de cuisine les magasins de la mesure sélectionnée doivent donner des produits alimentaires non utilisés ou encourir une amende. D’autres procédures nécessitent que les écoles forment les élèves à la durabilité alimentaire, que les entreprises déclarent les chiffres relatifs à la consommation d’aliments jetés dans des comptes respectueux de l’environnement et que les établissements de restauration offrent des sacs à main à emporter. Marie Mourad, étudiante au doctorat en sociologie à Sciences Po à Paris, a rédigé diverses études sur les dépenses consacrées aux repas en français. « La France n’est pas le pays qui gaspille le moins de repas, mais ils deviennent de loin le plus assertif, principalement parce qu’ils souhaitent fonctionner comme un pays excellent dans l’Union européenne. » Les efforts de la France ne sont pas restés sans être détectés. Le continent a atteint le meilleur classement du Répertoire des denrées alimentaires 2017, une enquête de 25 pays sur les pays européens, du Moyen-Orient, d’Asie et des Amériques, réalisée par The Economist et Barilla Middle pour les produits alimentaires et le régime de base (BCFN). Selon la déclaration de la BCFN, les Français ont consommé chaque année 234 matières grasses dans chaque aliment, ce qui est nettement supérieur aux concurrents intercontinentaux français, contre environ 430 kilos par habitant jeté par an en Amérique. Les restes compacts font bonne impression Les déchets de repas, ou de délicieux repas inutilisés, constituent généralement une situation mondiale. Chaque année, environ 1,3 milliard de métriques de tout type, soit un tiers de tous les aliments développés, sont jetés, conformément à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Récupérer seulement 25% de ces aliments gaspillés pourrait donner 870 000 personnes affamées – mettant fin avec succès aux fringales du monde entier. Outre les repas, gaspillez des sources utiles telles que l’eau, les terres arables et l’argent, mais remplissez également les décharges qui produisent du méthane. Si les aliments gaspillés étaient une terre, ce serait votre troisième plus grand émetteur de gaz à effet de serre de jardin derrière les États-Unis et l’Asie. «Les déchets alimentaires sont une urgence, tout simplement parce que, quelle que soit l’activité humaine, comment et où nous produisons des denrées alimentaires, l’impact de toute activité humaine sur la planète est le plus grand», déclare Jason Clay, vice-président des repas et des zones du Planet Wildlife Fund. «Aux États-Unis, les autorités ne sont pas des champions qui penseront beaucoup aux repas, mais qui gaspilleront de la nourriture», suggère M. Clay. « Cela nous a séparés de la France: ils ont peut-être des gens qui avaient besoin de cette question politiquement. »

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120