31-07-2019

Un conseil pour détailler le bilan de #Metoo

Cela fait presque deux ans que l’activité #MeToo a pris de l’ampleur et il reste quelques questions importantes: Qu’est-ce qui est différent? Devrions-nous déterminer si le nombre de cas de harcèlement sexuel dans les organisations a diminué? Que s’est-il passé pour les dames qui ont pris la parole? Il peut être utile de penser à l’information. En 2016, juste avant le décollage de #MeToo, nous avons interrogé 250 femmes opérant aux États-Unis, leur posant des questions sur le caractère omniprésent du harcèlement intime dans leur environnement de travail et sur la manière dont il les affecte au bureau; nous avons interrogé 31 dames aux états-unis au sujet de leurs rencontres spécifiques. Nous avons réalisé une deuxième enquête après #MeToo, en septembre 2018, auprès de 263 femmes. Nous avons donc reconnecté plusieurs des femmes que nous avions interrogées précédemment pour voir si elles avaient remarqué des changements ou si leur paysage avait changé. L’étude visait à accumuler des données quantitatives sur les modifications apportées depuis #MeToo, séminaire et les entretiens ont également été conçus pour permettre de comprendre pourquoi et comment les ajustements ont eu lieu. Nous avons évalué ensemble le harcèlement sexuel dans quelques proportions: harcèlement sexuel, considération intime indésirable et coercition sexuelle. Le harcèlement sexuel consiste en un traitement défavorable de femmes qui peuvent ne pas être sexuelles, mais peut inclure des choses comme un manager ou un collègue produisant des remarques sexistes, informant des récits inappropriés ou montrant des documents sexistes. Une considération intime non désirée consiste en des actions d’un collègue ou d’un superviseur telles que regarder, regarder, regarder, ou toucher de manière importune. La coercition intime implique de corrompre ou de faire pression sur les femmes pour qu’elles se livrent à des actions intimes. Nous avons également calculé l’estime de soi et le doute personnel des participants pour voir comment ceux-ci utilisaient leurs rencontres. Qu’avons-nous trouvé? En ce qui concerne ce qui a évolué, nous avons constaté que beaucoup moins de femmes dans notre échantillon ont noté une contrainte sexuelle et un intérêt intime indésirable dans la poursuite de l’activité #MeToo. En 2016, 25% des femmes ont déclaré avoir subi des pressions sexuelles, et en 2018, ce nombre a chuté à 16%. Le foyer érotique indésirable est passé de 66% à 25%. En comparaison, nous avons constaté une augmentation des signalements de harcèlement sexuel, passant de 76% des femmes en 2016 à 92% en 2018. Ces données suggèrent que, même si le harcèlement érotique flagrant – l’expérience qui pousse beaucoup de femmes de leur carrière – pourrait diminuer, le travail Les environnements peuvent consister en un «résultat négatif» ou en une montée d’hostilité envers les femmes.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120