01-03-2016

La justice de la bonne conduite

La justice consiste dans l’observation d’un contrat; l’observation d’un contrat implique un pouvoir qui l’impose: «il ne peut y avoir de place pour le juste et l’injuste,» à moins que les hommes ne soient contraints à observer leurs contrats. Mais cela revient à dire que les hommes ne peuvent observer leurs contrats sans y être forcés. Accordons que la justice consiste dans l’observation d’un contrat. Supposons maintenant qu’il soit observé volontairement: c’est un acte de justice. En pareil cas, cependant, c’est un acte de justice accompli sans aucune contrainte: ce qui est contraire à l’hypothèse. On ne conçoit qu’une seule réplique, c’est que l’observation volontaire d’un contrat est impossible: n’est-ce pas une absurdité? Faites cette réplique et vous pourrez alors défendre la doctrine qui fonde la distinction du bien et du mal sur l’établissement d’une souveraineté. Refusez de la faire, et cette doctrine est renversée. Des inconséquences du système considéré en lui-même, passons à ses inconséquences extérieures. Hobbes cherche à justifier sa théorie d’une autorité civile absolue, prise comme source des règles de conduite, par les maux résultant de la guerre chronique d’homme à homme qui devait exister en l’absence de toute société; suivant lui, la vie est meilleure sous n’importe quel gouvernement que dans l’état de nature. Admettez, si vous voulez, avec cette théorie toute gratuite, que les hommes ont sacrifié leurs libertés à un pouvoir absolu quelconque, dans l’espoir de voir leur bien-être s’accroître; ou croyez, avec la théorie rationnelle, fondée sur une induction, qu’un état de subordination politique s’est établi par degrés, grâce à l’expérience de l’accroissement de bien-être qui en résultait: dans un système comme dans l’autre, il est également évident que les actes de pouvoir absolu n’ont de valeur et d’autorité qu’autant qu’ils servent à la fin pour laquelle on l’a établi. Les nécessités qui ont fait créer le gouvernement lui prescrivent elles-mêmes ce qu’il doit faire. Si ses actes ne répondent pas à ces nécessités, ils perdent toute valeur. En vertu de l’hypothèse même, l’autorité de la loi est une autorité dérivée, et ne peut jamais s’élever au-dessus des principes dont elle dérive. Si la fin suprême est le bien général, ou le bien-être, ou l’utilité, et si les ordres du gouvernement se justifient comme autant de moyens d’arriver à cette fin suprême, alors ces ordres tirent toute leur autorité de la valeur qu’ils ont par rapport à cette fin. S’ils sont justes, c’est uniquement comme expression de l’autorité primordiale, et ils sont mauvais quand ils ne la représentent pas. C’est dire que la loi ne peut rendre la conduite bonne ou mauvaise; ces caractères sont déterminés en définitive par ses effets, suivant qu’elle favorise ou ne favorise pas le développement des citoyens.

Publié par renardvoyageur dans Non classé | RSS 2.0

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120