Archives pour mars 2016

01-03-2016

Mon baptême de parapente

Souvent, me dépasser consiste à ne pas acheter n’importe quoi au supermarché. Pas franchement un dépassement de soi héroïque. Et puis, de temps en temps, je me mets en tête de vivre une expérience insolite. C’est comme ça qu’il y a quelques jours, j’ai accompli mon baptême de parapente. Et là, je peux vous dire que le dépassement de soi prend une autre dimension ! J’ai réalisé ce vol à Montpellier et, en dehors de la peur, je peux vous dire que c’était tout simplement prodigieux. C’était un vol en tandem, étant donné que je n’avais jamais pratiqué ce genre d’acticité ; mais comme j’étais installé devant, j’ai eu une impression de liberté tout du long. Contrairement à ce que je pensais, le plus difficile n’a pas été le vol, mais l’attente qu’il y a avant. Parce que là, on a tout le temps de penser à ces vilaines questions que sont la solidité du matériel, la fiabilité du moniteur, les risques d’accident. Et pendant que je me rongeais les sangs, mon accompagnateur surveillait la manche à vent, dans l’attente d’une fenêtre de lancement. J’étais sur le point de lui poser toutes ces questions qui me venaient en tête (par exemple, que se passe-t-il si des oiseaux se prennent dans la voile en plein vol ?) quand il a finalement décidé que le moment était venu. La voile est passée au-dessus de nos têtes et il m’a dit de courir. En bon élève, j’ai couru. Le décollage s’est fait tout en douceur. Le sol s’est détaché sous nos pieds, et avant que je m’en rende compte, on survolait la terre. Absolument magique ! A compter de l’instant où mes pieds n’ont plus senti le sol, une sensation de béatitude m’a submergé. On s’élevait dans les airs sans la moindre secousse, j’avais vraiment l’impression de voler. Le fait de n’avoir sous les pieds que du vide était particulièrement enivrant, et la terre était absolument superbe depuis les hauteurs ! Si vous en avez un jour la possiblité, il n’y a pas à hésiter : lancez-vous. Et peu importe que vous soyez sujet au vertige ou pas. Car, comme me l’a précisé mon moniteur, il faut être en contact avec le sol pour éprouver le vertige. Il n’y a donc aucun vertige, que de l’excitation. Par contre, si vous vous lancez, n’oubliez pas de vous munir d’une petite laine. La température diminue avec l’altitude, et un parapente peut monter jusqu’à 3000 mètres ! Je vous mets le lien vers mon vol en parapente, pour ceux qui sont du côté de Montpellier. Davantage d’information est disponible sur http://www.tematis.com/bapteme-parapente-montpellier.html

parapente

Posté par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

01-03-2016

Le bordel du Moyen-Orient

Vives tensions entre l’Iran et l’Arabie saoudite, frappes russes contre des rebelles syriens soutenus par la CIA, fin des accords d’Oslo prononcée par le président de l’Autorité palestinienne… Les tensions au Moyen-Orient s’exacerbent, et pays arabes comme occidentaux sont concernés par cette situation. Selon sénateur américain John McCain, des frappes russes auraient tué des rebelles syriens soutenus par la CIA jeudi 1er octobre. Ainsi, l’aviation envoyée par Moscou aurait touché le groupe syrien Souqour al-Jabal, dont les membres ont été formés par la CIA. Peut-on s’attendre à d’autres opérations controversées ? Quels sont les risques de dérapages dans la région ? Tout d’abord, rappelons une nouvelle fois qu’en Syrie, la stratégie de la Russie est claire : soutien inconditionnel à Bachar el-Assad, lutte contre Daech et tous les autres mouvements islamistes. Vladimir Poutine soutien Assad car, mieux informé et surtout plus réaliste que les dirigeants occidentaux, il sait pertinemment qu’il n’y a pas d’autre alternative valable au « boucher de Damas ». Aucune ! C’est peut-être déplaisant mais c’est malheureusement la seule et unique réalité. En effet, depuis presque 5 ans, aucun « commandant Massoud syrien » n’a émergé de l’Armée syrienne libre et depuis le début de la guerre civile, aucun ministre ou général du régime n’a été sérieusement pressenti pour se substituer d’une manière ou d’une autre à Bachar et son clan. De plus, contrairement à ce que les médias occidentaux affirment, au-delà de toutes les minorités religieuses et ethniques qui composent la Syrie, Bachar el-Assad est aussi et encore soutenu par au moins la moitié de la population syrienne (même sunnite). Mais par-dessus tout, le maître du Kremlin ne veut absolument pas d’une victoire des islamistes à Damas. Les conséquences et les répercutions seraient catastrophiques dans le nord du Caucase, sur les frontières orientales de la Russie et dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale. Si Assad venait à tomber, les 2 000 jihadistes russes (surtout venant du Caucase), partis en Syrie combattre le régime alaouite, pourraient revenir en Russie et commettrent des actes terroristes ou tout simplement déstabiliser les régions musulmanes de la CEI. C’est dans cette même optique que la Russie (comme l’Iran d’ailleurs) apporte son soutien au gouvernement afghan dans sa lutte contre les talibans. Pour la première fois donc, depuis l’intervention soviétique en Afghanistan de 1979 à 1989, l’armée russe intervient au Moyen-Orient. Ainsi, les avions de combat de Moscou bombardent depuis deux jours des cibles de Daech mais aussi d’autres groupes islamistes qui s’opposent au régime d’Assad. Mieux, pour les Russes, il n’y a pas d’opposants armés « modérés » et tous les groupes rebelles sur le terrain sont « des groupes terroristes ». D’ailleurs, ils n’ont pas tout à fait tort puisqu’il n’y a plus que quelques idéologues pour croire encore à l’existence de rebelles « laïcs et démocrates »… Il ne serait donc pas étonnant que l’ASL (ou ce qu’il en reste) soit aussi ciblée. John Mc Cain a sûrement raison. Toutefois, les Russes ne se gêneront absolument pas pour bombarder tous les groupes opposés à Assad, tous, sans exception, même ceux entraînés et armés par la CIA ! Certes, la France, la Turquie et l’Arabie saoudite pousseront assurément des cris d’orfraie. Mais cela ne compte pas. Poutine est un fin joueur d’échecs, il a toujours plusieurs coups d’avance, il est loin d’être un « chien fou » et sait très bien ce qu’il fait. Même lorsqu’il utilise la politique « du fait accompli », les risques sont toujours très bien calculés. Dans cette affaire, seul compte pour les Russes l’avis de l’Iran, d’Israël et bien sûr des Etats-Unis. On connaît la position et l’implication de l’Iran. On a dit et écrit beaucoup de bêtises sur le rôle de l’Etat hébreu dans la crise syrienne mais en réalité, Israël, dont le Premier ministre a été reçu à Moscou il y a quelques jours, apprécie, de manière certes discrète mais bien réelle, qu’une puissance intervienne enfin sérieusement dans le dossier syrien. Quant aux Américains, sur scène, ils se disent inquiets et émettront eux aussi des protestations officielles si des groupes rebelles qu’ils soutiennent sont attaqués. Mais en coulisse, l’administration Obama n’est sûrement pas mécontente de l’intervention russe dans le guêpier syrien… N’oublions pas qu’aux Etats-Unis, l’efficacité des bombardements est largement discutée et que la stratégie américaine est le sujet de vifs débats politiques. Enfin, le soutien de Washington à des groupes islamistes ou clairement se revendiquant d’al-Qaida passe très mal dans l’opinion publique américaine… Non, finalement les risques de dérapages sont minimes. Par contre, l’armée russe ne va pas faire dans la dentelle et n’ira pas de main morte. Les « dommages collatéraux » sont eux, fort possibles… Aussi, l’espace aérien syrien étant désormais très encombré, le risque de collisions entre appareils russes et de la coalition américaine est important. C’est pourquoi, pour éviter les incidents mais aussi afin de mettre en place une certaine coordination et entretenir le dialogue, des officiers russes rencontrent de plus en plus régulièrement des officiers américains mais aussi israéliens… John Mac Cain confirme donc que la CIA a formé des djihadistes car en fait de rebelles syriens il n’y a plus aujourd’hui que des djihadistes. Ils sont composés de deux groupes : Daesh à l’Est et Al Nosra (ex-Al Qaida) à l’Ouest. Quand on vous parle de rebelles modérés – pourquoi pas des terroristes modérés ! – n’en croyez pas un mot. Daesh et Al Nosra sont pratiquement interchangeables quant à l’idéologie. Il est vrai que les Occidentaux (surtout les Etats-Unis et la France) ont essayé d’organiser des stages pour former à l’usage des armes des rebelles soi-disant démocrates, mais ceux qui se sont présentés étaient pratiquement tous des djihadistes camouflés qui, à peine revenus au front, se sont livrés aux pires exactions et ont apporté au djihad les armes qu’on leur avait données. Le raisonnement des Ruses est simple et difficilement contestable : sur le terrain, il n’y a que le gouvernement syrien et les djihadistes, rien d’autre. Puisque les Etats-Unis ont engagé une croisade contre Daesh, les Russes les ont pris au pied de la lettre et ils leur disent en quelque sorte « Chiche ! ». Ils se sont portés de manière spectaculaire volontaires pour y participer mais avec la volonté d’aller jusqu’au bout de la démarche, ce qui signifie combattre tous les islamistes, qu’ils se rattachent officiellement à l’Etat islamique ou pas. Si vous me pardonnez cette expression ils ne veulent pas du coïtus interruptus qui caractérise la guerre faite par l’Occident à Daesh. Que les Russes aient commencé par bombarder des djihadistes autres que Daesh n’est sûrement pas une erreur, d’autant que leur premier objectif est de desserrer l’étau dans lequel est enfermé l’armée syrienne autour de Damas et que dans cette région, Al Nosra est plus présent que Daesh. En même temps, ils envoient un message clair : ils ne laisseront pas tomber le régime d’Assad, lequel a paru ces derniers temps en difficulté. Dans quelle mesure les actions menées au Moyen-Orient par les principaux acteurs que sont notamment les Etats-Unis, la Russie, la France, la Turquie, l’Iran ou encore l’Arabie Saoudite sont-elles le reflet de règlements de comptes entre différentes puissances ? Que sait-on de leur stratégie ? Depuis presque 5 ans et le début des « printemps arabes », la stratégie de l’Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie (soutien aux Frères musulmans et aux groupes islamistes) a échoué partout, en Tunisie, en Libye, en Egypte… En Syrie, Riyad, Doha et Ankara appuient encore al-Qaida, al-Nosra et d’autres mouvements islamistes ainsi que l’ASL qui n’est plus que l’ombre d’elle-même. A terme, avec l’armée russe qui entre à présent dans la danse, leur échec sera consommé et ils n’auront plus qu’à suivre l’évolution de la position des Etats-Unis vis-à-vis de la stratégie de la Russie que j’ai décrite plus haut. La France, nous l’avons vu ces derniers jours et afin de dissuader ses partenaires d’accepter les arguments de Moscou, ne peut se contenter à présent que d’une irréaliste campagne internationale, totalement dépassée, de « Assad Bashing » : rapport « César », enquête pénale pour « crimes de guerre » ouverte par le parquet de Paris… Malheureusement, Paris ne compte plus guère dans la région, la France n’est plus écoutée et elle est finalement hors-jeu. Quant à l’Iran, il est l’allié principal de la Russie en Syrie. Ses troupes spéciales sont très impliquées sur le terrain aux côtés de l’armée du régime et Téhéran tirera sûrement tous les bénéfices d’un éventuel succès militaire et diplomatique russe. Enfin, les Etats-Unis combattent Daech que très frileusement. Ils craignent les dégâts collatéraux et le spectre de l’intervention désastreuse en Irak de 2003 plane encore… Par ailleurs, certains responsables américains en reviennent de leur soutien à la « rébellion » syrienne. Le Pentagone et la CIA avaient prévu d’organiser, de former et d’armer une unité de 5 000 rebelles « modérés ». Ils n’ont pu en recruter qu’une centaine qui, pour une part, se sont fait tuer, et pour l’autre, sont passés avec armes et bagages chez les jihadistes ! De fait, à chaque fois que les Américains reculent avec faiblesse sur un dossier, les Russes avancent avec force. On l’a vu hier en Crimée, en Ukraine, en Egypte et aujourd’hui en Syrie.

Posté par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

01-03-2016

La justice de la bonne conduite

La justice consiste dans l’observation d’un contrat; l’observation d’un contrat implique un pouvoir qui l’impose: «il ne peut y avoir de place pour le juste et l’injuste,» à moins que les hommes ne soient contraints à observer leurs contrats. Mais cela revient à dire que les hommes ne peuvent observer leurs contrats sans y être forcés. Accordons que la justice consiste dans l’observation d’un contrat. Supposons maintenant qu’il soit observé volontairement: c’est un acte de justice. En pareil cas, cependant, c’est un acte de justice accompli sans aucune contrainte: ce qui est contraire à l’hypothèse. On ne conçoit qu’une seule réplique, c’est que l’observation volontaire d’un contrat est impossible: n’est-ce pas une absurdité? Faites cette réplique et vous pourrez alors défendre la doctrine qui fonde la distinction du bien et du mal sur l’établissement d’une souveraineté. Refusez de la faire, et cette doctrine est renversée. Des inconséquences du système considéré en lui-même, passons à ses inconséquences extérieures. Hobbes cherche à justifier sa théorie d’une autorité civile absolue, prise comme source des règles de conduite, par les maux résultant de la guerre chronique d’homme à homme qui devait exister en l’absence de toute société; suivant lui, la vie est meilleure sous n’importe quel gouvernement que dans l’état de nature. Admettez, si vous voulez, avec cette théorie toute gratuite, que les hommes ont sacrifié leurs libertés à un pouvoir absolu quelconque, dans l’espoir de voir leur bien-être s’accroître; ou croyez, avec la théorie rationnelle, fondée sur une induction, qu’un état de subordination politique s’est établi par degrés, grâce à l’expérience de l’accroissement de bien-être qui en résultait: dans un système comme dans l’autre, il est également évident que les actes de pouvoir absolu n’ont de valeur et d’autorité qu’autant qu’ils servent à la fin pour laquelle on l’a établi. Les nécessités qui ont fait créer le gouvernement lui prescrivent elles-mêmes ce qu’il doit faire. Si ses actes ne répondent pas à ces nécessités, ils perdent toute valeur. En vertu de l’hypothèse même, l’autorité de la loi est une autorité dérivée, et ne peut jamais s’élever au-dessus des principes dont elle dérive. Si la fin suprême est le bien général, ou le bien-être, ou l’utilité, et si les ordres du gouvernement se justifient comme autant de moyens d’arriver à cette fin suprême, alors ces ordres tirent toute leur autorité de la valeur qu’ils ont par rapport à cette fin. S’ils sont justes, c’est uniquement comme expression de l’autorité primordiale, et ils sont mauvais quand ils ne la représentent pas. C’est dire que la loi ne peut rendre la conduite bonne ou mauvaise; ces caractères sont déterminés en définitive par ses effets, suivant qu’elle favorise ou ne favorise pas le développement des citoyens.

Posté par renardvoyageur dans Non classé | Commentaires fermés

Le dicton du jour |
h e r |
Life-is-maybe-unfair |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le renard vert
| Sharpay10
| Moidu38120